La chapelle cachée

Il y a quelques temps j’avais publié le livre « LE CHEMIN AUX ENIGMES » qui est en fait un jeu de piste comportant 180 énigmes placées sur un itinéraire allant de TURCKHEIM à KAYSERSBERG.

 

Je vous propose aujourd’hui de résoudre l’une de ces énigmes proposées dans ce livre.

 

En tant que visiteur de TURCKHEIM, vous pouvez entrer dans la ville par l’Ouest en passant sous la « Porte de Munster ».

 

Près de cette porte se trouvait depuis 1727 une petite chapelle dite « Du Saint-Sacrement ».

 

Ce nom fut donné par l’Église catholique à l’Eucharistie ou par extension à « l’hostie consacrée ».

 

Elle fut appelée ainsi en raison d’un sacrilège commis envers le « Du Saint-Sacrement ».

De quoi s’agit-il ?

 

 

Pour le savoir il faut remonter à l’année 1685. Les armées turques se trouvaient alors devant la ville de Vienne en Autriche et menaçaient de l’envahir. Ce fut pour cette raison que l’évêque de Bâle demanda à tout le diocèse d’organiser des cérémonies religieuses avec exposition du Saint-Sacrement pour implorer l’aide de Dieu et contrecarrer la menace turque.

 

 

Ce fut l’arrivée, le 12 septembre, de  Jean III Sobieski avec ses troupes polonaises de 81 000 hommes qui permit d’enfoncer les lignes turques fortes de 130 000 hommes et de mettre fin au siège de la ville lors de la bataille du Kahlenberg. Cet évènement marqua aussi le début de la guerre austro-turque qui dura jusqu’en 1699.

 

 

 

 

Ce fut ainsi que le 27 octobre de cette année-là qu’un certain Jacques Sigrist de Bötzberg, un suisse de Berne, se cacha dans l’église de Turckheim. Il faut préciser que cet homme s’était converti au catholicisme quelques jours avant la dite bénédiction. Le problème c’est qu’il déroba dans l’église le calice, l’ostensoir ainsi que des hosties après avoir fracturé le tabernacle.

 

Muni de ces objets il courut ensuite à la porte de Munster qu’il escalada avant de précipiter les vases sacrés et leur contenu dans le fossé en direction du Eichberg. Bien sûr on ne tarda pas à retrouver le voleur qui fut condamné à mort par la justice criminelle de Turckheim.

 

La sentence fut exécuté le 28 novembre. Ce jour-là on lui coupa la main droite puis il fut placé sur un bûcher et attaché avec des chaînes de fer, puis étranglé et enfin réduit en cendres et en poussière. Une croix fut érigée à l’endroit de l’exécution et quelques temps plus tard on construisit une petite chapelle à l’ouest de cette croix. Elle exista jusqu’à la Révolution française. Le gouvernement révolutionnaire vendit le 24 août 1792 la dite chapelle à un citoyen nommé Joseph Hugele de Turckheim qui la converti en habitation.

 

Voilà vous connaissez maintenant l’histoire de cette chapelle, à vous de la retrouver. Un indice : la date 1671.

 

Ah j’oubliais, la première personne qui trouveras la bonne réponse se verra offrir un livre de la collection « LES COULOIRS DU TEMPS ».

Bonnes recherches !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *