L’aune du drapier

L’aune drapier est une pièce de bois ou de métal utilisée par les drapiers pour mesurer les tissus.

 

Cet objet, qui servait en fait d’étalon en Alsace, avait une longueur totale de 66 cm mais dont la longueur utile n’était que de 54 cm.

 

Au Moyen-Age, la plupart des denrées importées en Alsace, était constituée d’étoffes provenant du Rhin inférieur et des Flandres. C’est pour cette raison que les halles de drapiers étaient les plus anciens lieux de commerce dont parlent les archives d’Alsace.

 

A Colmar on trouve la mention d’une halle aux draps dès 1294 au marché et appartenant à la Ville. Il faut préciser qu’avant 152l , les commerçants avaient le monopole de la vente des draps à prix fixes et de draps à doublure dès lors qu’il ne faisaient pas concurrence à l’industrie locale.

 

Les drapiers par contre pouvaient vendre, outre les étoffes de leur propre fabrication, des toiles de lin, du treillis etc.

 

Ils avaient également le droit de commercialiser des étoffes étrangères à condition ne qu’elles ne coûtaient pas plus de trois sols l’aune.

 

 

Mais il est assez difficile d’évaluer la valeur réelle du « sol » (pièce de monnaie) pour savoir ce qu’il représentait en pouvoir d’achat à l’époque.

 

 

Si vous voulez voir un drapier, je vous invite à vous rendre au n°9 rue des Marchands à Colmar. Cette maison était appelée au XIVe siècle « Zum Kragen » (Au Collet).

 

 

Elle appartenait alors à Clawelin Saltzmann. Plus tard, en 1419, un tailleur nommé Hans Toeffer qui y avait acquis le droit de bourgeoisie.

 

Sur la façade de cette maison, sculpté dans le poteau cornier, se tient fièrement un drapier tenant une aune de drapier à la main. Une date « 1609 » apparaît à ses pieds.

 

Mais il y a encore un autre endroit où vous pourrez apercevoir une « aune » de drapier.

 

Pour cela il vaut quitter la rue des Marchands et vous diriger vers la Collégiale en empruntant la rue Mercière.

 

Sur la façade Sud du chevet de la Collégiale, incluse dans le mur, vous découvrirez cette autre « aune » en métal.

 

 

Elle était utilisée comme mesure-étalon pour les drapiers qui installaient leurs stands les jours de marché le long de la Cathédrale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *