C’est quoi un oriel ?

En vous promenant dans les rues de nombreux villages alsaciens vous ne manquerez par d’apercevoir ces espèces de balcons clos sur la façade des maisons et que l’on nomme communément un « oriel ».

 

Ce terme architectural tirerait son origine d’un mot anglais « oriell » ou « oriel window » (fenêtre en saillie) et du latin « oriollum » qui signifie « porche » ou « galerie ».

 

Toujours est-il qu’un oriel est bien une sorte de balcon fermé en encorbellement sur u

ne façade et dont les dimensions sont variables.

 

Certains oriels peuvent s’étendre sur plusieurs étages. Ils sont souvent surmontés d’un petit toit. Leur forme nous rappelle les anciennes « échauguettes » médiévales que l’on trouve sur les châteaux.

 

Celles-ci étaient soit de forme cylindrique ou carrée contenant une petite pièce. Elles apparaissaient en encorbellement, dotées de mâchicoulis (sorte de galerie au sommet d’une enceinte militaire) et de meurtrières. Leur fonction dans une fortification était de permettre à des sentinelles de guetter les environs ou tout simplement de lancer des projectiles sur d’éventuels assaillants.

 

L’oriel assure à la fois une vue multidirectionnelle sur la rue ainsi qu’un meilleur éclairage de la pièce par la présence de plusieurs baies vitrées.

 

Son décor est souvent bénéficié d’une attention particulière sous formes de sculptures de type Renaissance : masques humains ou animaux,  rinceaux, volutes, draperies, feuillages, fleurs,  fruits aux formes variées. Sur certains oriels on découvre quelquefois des inscriptions rappelant des évènements concernant l’histoire de l’immeuble.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *