La maison où logea Louis XIV en 1681

Cette maison, située au n°6 de la place du Marché aux Choux à Sélestat, était autrefois une vieille bâtisse avec un étage supérieur donnant en façade sur le ruisseau appelé « Klein Giessen » dont elle empruntait la dénomination.

 

Son nouveau propriétaire, Jean Billex, qui avait sans doute fait fortune à l’auberge voisine « Au Boeuf », entreprit des travaux qui élargirent la maison du côté droit. Il décora l’entrée d’une porte en s’inspirant de celle du couvent des Johannites. Voilà ce qui explique la date « 1615 » inscrite dans un phylactère sur le chambranle Renaissance de cette porte.

 

Sur la corniche est inscrit le texte suivant : « Ein Alter Buo wer ich viliar Hans Billex Buget mich ver wohr damit Ich werte Berand so wer ich zum Kleinen Giesen genant ».

 

Voici la traduction : « Vieille bâtisse je fus de longues années durant, quand Jean Billex fit de moi ce que je suis ; pour mon renom, je fut baptisée « au Petit Giessen ».

 

Sur la façade, le principal ornement consiste en un élégant oriel à deux étages en encorbellement décoré de raies de coeur et d’oves. Dans la partie basse de l’oriel deux inscriptions sont peintes.

Une autre inscription fut peinte sur l’oriel au XXe siècle.

 

Elle rappelle que Louis XIV fut accueilli dans cette maison en 1681 pour y recevoir l’hommage du magistrat de Strasbourg en ces termes : « En cette demeure le 14 octobre 1681 Louis XIV reçut l’hommage du Magistrat de Strasbourg, le 6 septembre 1690 le Grand Dauphin, le 5 juin 1703 son fils le Duc de Bourgogne logèrent en cette maison ».

 

Voici ce que rapporte l’historien A. Dorlan à propos de cet évènement : « Le roi arriva à Schlestadt le 13 octobre, par la vallée de Sainte-Marie. Il était accompagné de la reine, du Grand-Dauphin et de sa femme, du duc et de la duchesse d’Orléans, du prince de Conti et d’une suite nombreuse qui tenait avec peine dans 400 carrosses et un nombre incalculable de chevaux de main et de mulets. […] Après avoir traversé la ville entre une double haie de soldats qui contenait avec peine un immense concours de peuple accouru de tous les alentours, il descendit à l’hôtel Saint-Lô. »

 

Cet hôtel Saint-Lô dont Dorlan fait mention, est situé au fond de la cour. Il date de 1574 et porte le nom du commissaire des guerres Jean Saint-Lô qui l’avait acquis en 1649.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *