LE CHATEAU DU MOLKENBOURG

Ce fut vers 1340 que l’on entoura le bourg de Guémar par une enceinte fortifiée. Puis en 1369 le statut de ville fut accordé à cette commune située le long de la Fecht.

Ce furent les seigneurs de Ribeaupierre qui avaient reçu Guémar en fief au XIIIe siècle. Ils étaient chargés de contrôler l’axe Nord-Sud reliant les biens de la dynastie des Hohenstaufen en Alsace.

On comprend donc aisément pourquoi Guémar constituait un lieu stratégique particulièrement important.

C’est pour cette raison qu’ils firent édifier en 1287 un château de bois, appelé « Molkenbourg ». Puis en 1291, le frère d’Anselme de Ribeaupierre, Hermann, alors propriétaire de Guémar, procéda à d’importants travaux visant à remplacer ce château de bois par un édifice en pierre. Mais une nouvelle guerre menée par Cunon de Bergheim, le landvogt d’Adolphe de Nassau entraîna la destruction du château.

Puis, vers le milieu du XIVe siècle, Jean de Ribeaupierre, en guise de soumission, fit don du château de Guémar à l’évêque de Strasbourg. Les Ribeaupierre devinrent ainsi  les vassaux de l’épiscopat. De nouveaux travaux de restauration furent entrepris pour maintenir Guémar en tant que forte sur les plans militaires et économiques.

Malheureusement, la guerre de Trente Ans aura raison du château qui sera finalement démantelé.

Il subsiste aujourd’hui, la Porte Haute ainsi que quatre tours d’une dizaine de mètres de haut et dont les murs ont une épaisseur de 2 mètres. Cette porte, aussi quelquefois appelée « Bergheimertor » (Porte de Bergheim), permettait de pénétrer à l’intérieur de la ville. Il fallait pour cela franchir un pont de pierre enjambant l’ancien fossé.

La tour a été aménagée en logement. Elle possède une porte cintrée datant du XIVe siècle. Au premier étage on aperçoit une partie crénelée qui recevait autrefois un canon. Quant au toit à quatre pans, il est coiffé d’un campanile hexagonal.

Sur la façade Ouest de la tour, apparaissent les armes de Guémar qui se définissent ainsi en langage héraldique : « De sinople à une herse sommée d’une croix pattée d’or et soutenue d’un poisson contourné d’argent, le tout accompagné de trois écussons d’or, deux en chef et un en pointe ».

 

Plusieurs symboles peuvent être identifiés :

  • une herse représente la corporation des agriculteurs et un poisson celle des pêcheurs,
  • une croix fait référence à ses premiers propriétaires, à savoir les abbayes de Saint-Denis et celle de Murbach,
  • trois écussons évoquent que la ville appartenait aux comtes de Ribeaupierre de 1471 jusqu’à la Révolution

le tout sur un fond vert qui rappelle les grands prés entourant Guémar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *