Le boulanger du XVIIe siècle (solution)

Bonjour à tous,

Je voudrais tout d’abord féliciter Mr HEYMANN qui est le premier à avoir  répondu correctement à l’énigme le 6/08/2021.

Il recevra prochainement un ouvrage de la collection “COULOIRS DU TEMPS”.

 

Il fallait repérer le n°71 de la Grand’rue pour apercevoir la boulangerie de Thomas Schwendelin.

 

Il y a d’ailleurs un texte mystérieux qui est gravé sous le chambranle de la fenêtre du premier étage qui dit ceci :

 

« DIS WAPE IST VILE WOLBEKANT. FIERT TOMAN SCHWENDELIN IN SEINE STAND. IM BECKE WERCK FIER ICH MEI AUF. WER MIR NACH FOLGT MUSS SEHE DRAUF. DES GLICK VON GOTT ER MIRS GUNT DUON ICH ERWARTEN ALLE ZEIT. UND STAT IN SEINER MACHT OB ICH BISCHOF ODER BADER WERDE ».

 

 

Ce qui traduit signifie « Ce blason connu de beaucoup de gens est celui de Thomas Schwendelin. Je suis boulanger de mon état. Qui me succédera devra veiller à ceci : le bonheur je le dois à Dieu qui a répondu à mon attente. Et c’est lui qui aurait pu faire de moi un évêque ou un barbier ».

 

En fait, il ne devint ni l’un ni l’autre car il accéda par la suite à la fonction de bourgmestre de Turckheim.

 

 

Le blason, dont il fait mention, se trouve sur l’allège de la fenêtre de droite. On y distingue une « bretzel » ainsi que ses initiales « D.S. ». Mais n’y a-t-il pas une erreur ? Son prénom était bien « Thomas » donc on devrait trouver la lettre « T » au lieu d’un « D ».

 

L’explication est simple, à cette époque-là la lettre « D » et la lettre « T » étaient d’égale valeur en écriture.

 

 

 

 

Jetez maintenant un coup d’oeil sur le chambranle de la fenêtre de gauche pour y lire le nom de sa seconde épouse de Schwendelin, à savoir « Anna Singlerin », près de la date de 1616.

 

 

 

 

 

Si vous voulez encore découvrir d’autres curiosités à TURCKHEIM procurez-vous sans tarder le guide

« LES COULOIRS DU TEMPS DE TURCKHEIM  »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *