Le nom des communes en Alsace

Bien que la plupart des communes portent des noms allemands, on ne peut en conclure que cette règle s’applique sans précautions.

 

En effet, en analysant les noms des communes on s’aperçoit qu’ils s’inspirent à la fois de la forme française et de la prononciation en dialecte alsacien.

 

C’est le cas notamment pour les villages auxquels les suffixes « willer » et « wihr » ont été ajoutés. Ce sera souvent la forme dialectale qui sera la plus fidèle par rapport à l’origine du nom.

 

Le nom officiel d’une commune est souvent associé à la localisation de celle-ci par rapport à des points de repères connus : lieux ou cours d’eaux qui ont un lien avec des éléments naturels ou culturels.

 

Leur orthographe peut être variable mais néanmoins compatible avec les prononciations les plus courantes. Quant à leur prononciation elle suit la règle de l’alphabet phonétique international en faisant usage de signes relativement courants.

 

Illustrons cela par quelques exemples. 

 

Le suffixe « bach » qui signifie « ruisseau » comme dans Zimmerbach fait référence au ruisseau, le « zimmerbach » (zimmer = chambre) qui partageait la commune en deux parties.

 

L’une des deux parties côté Wihr-au-Val, appartenait aux seigneurs de Guirsberg et l’autre côté Turckheim, était un fief impérial des Seigneurs de Hattstatt.

 

 

 

Le préfixe « Nieder » (en bas) comme dans Niedermorschwihr indique une position inférieure par rapport à d’autres villages comme « Obermorschwihr » « Ober » (en haut).

 

 

Quant au suffixe « wihr » qui apparaît fréquemment dans le nom d’une commune alsacienne, il signifie tout bonnement « village ».

 

 

 

On pourrait également parler du suffixe « heim » très fréquent dans le nom de beaucoup de communes. Il signifie « hameau » en français ou rassemblement de maisons et provient de l’alémanique « hüs » et de l’allemand « haus » (maison) et « heim » (village).

 

C’est le cas pour le village de Bergheim (maison du mont) qui fait référence au mot allemand « berg » (montagne) qui lui-même reprenait le sens du terme celtique.

 

 

Le suffixe « willer » fait référence au terme « villare » (village) d’origine gallo-romaine.

 

Ainsi en est-il du village de Scherwiller qui date de l’année 817 sous le nom de Scerewilare.

 

 

 

 

 

 

 

Le suffixe « thal » comme dans Katzenthal (Vallée des chats)  ou Dieffenthal (Vallée profonde) fait référence à la notion de « vallée ».

 

Les graphies de Katzenthal ont varié suivant les époques  : Kazzindal en 1233, Cazzendale en 1240, Kazendal en 1286, Katzental en 1328, et Katzentall en 1659.

En allemand ce mot a été simplifié en « tal » mais la forme avec h a été généralement conservée en Alsace.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *