La tribu Weinleutzunft SOLUTION

Cette maison qu’il fallait identifier porte le n°10 de la rue des Chevaliers à Sélestat fut construite sur une partie de l’ancien emplacement de l’hôtel des Bootzheim.

 

Cette famille avait joué un rôle considérable dans l’histoire de Sélestat. Elle était originaire d’une petite commune du Ried, qui portait le même nom, Bootzheim, située à une dizaine de kilomètres de Sélestat.

 

Ancien fief impérial, l’Abbaye d’Ebersmunster y possédait des biens dès l’an 1031. Le village devint par la suite propriété de l’évêché de Bâle. Puis en 1083, l’évêque Burckhardt fit don de ce village au Couvent St Alban à Bâle.

 

 

 

En 1427, l’évêché de Bâle céda à son tour le village comme « fief de baillage » aux seigneurs de « Rathsamhausen zu Ehnwihr » dont une branche a pris le nom de « Freyherr von Boozheim ». Les seigneurs de Bootzheim occupèrent alors le siège d’« Echevin zu Schlettstadt » jusqu’à la Révolution.

 

Cet hôtel de Bootzheim se composait d’un vaste corps de logis muni aux angles d’échauguettes de surveillance. Une tourelle polygonale flanquait sa partie centrale et desservait les étages supérieurs. Cette demeure patricienne servit de résidence à cette famille durant plus d’un siècle environ avant que Claus Meyertesch s’y installa en 1433. Puis en 1437, l’ensemble fut acquis par la tribu des Tonneliers  (Weinleutzunft) qui y installa son poêle.

 

Lorsque les anciennes corporations furent dissoutes par la loi du 3 septembre 1791, Antoine Dietrich fit l’acquisition de la maison pour se couvrir d’une créance qu’il possédait sur elle. Mais en 1878, un incendie ravagea en totalité ce bâtiment.

 

Elle fut bien sûr reconstruite mais dans un style sans caractère. On se borna à incruster dans la façade quelques écussons récupérés sur l’ancienne demeure.

 

 

Au-dessus de la porte du rez-de-chaussée apparaît un premier écusson daté de 1610 les emblèmes caractéristiques des tonneliers : un marteau, une bonde et une bondonnière.

 

 

Un peu plus haut au niveau du second étage, se détachent quatre autres armoiries d’échevins de la Tribu. Elles comportent toutes des initiales.

 

Sur la première à gauche figurent « H.W.B. », sur la seconde « M.P.B. » et sur la troisième « I.B » et sur celle du dessus « M.H. ». Elles sont accompagnées de formes variées des symboles de la profession : le marteau et les crochets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *